Résultats d'enchères en juin 2016

CRUCIFIX en ivoire sculpté et bois noirci
En juin, les SVV noyées dans les terres, multiplient les ventes avant leur fermeture estivale. Il faut vider les études de tous les objets qui s'accumulent.
Les estimations sont souvent révisées à la baisse et permettent d'emporter quelques beaux lots à des prix raisonnables mais pas toujours ...
La SVV Piasa organisait le 16 juin 2016 une vente de Haute Epoque où j'avais noté 9 Christs ou Crucifixions dignes de rejoindre une Collection - N°17 - N°18 - N°19 - N°20 - N°21 - N°50 - N°77 - N°96 - N°98 - Sur ces 9 lots seuls 2 ont été adjugés dont le N°21 que je vous présente un peu plus bas. Il va sans dire que le seul obstacle à leur adjudication est le niveau d'exigence de résultat du Vendeur très/trop souvent un Marchand dans ce type de vente spécialisée.

Je vous propose de commencer ce court florilège de résultats du mois de juin par la modeste adjudication de ce grand Calvaire en bois noirci qui arbore un Christ en Ivoire d'une hauteur voisine de 30 cm tête-pieds, accompagné de son titulus de ses tibias et de son crâne d'Adam
La vente s'est déroulée le 3 juin 2016 dans la salle 2 de Drouot, l'estimation était fixée à un niveau dérisoire !

N°101

CRUCIFIX en ivoire sculpté et bois noirci; la croix reposant sur un socle à emmarchement.
XIXe siècle
H: 87 cm, L: 27,5cm
Accidents

Estimation 200 - 300 €

Prix au marteau 750€


CROIX de MARINIER en bois sculpté et laqué polychrome a décor des Instruments de la Passion en ronde-bosse
Les objets dits d'Art Populaire ne manquent pas d'attraits.
Souvent réalisés à l'écart des écoles et des standards académiques leurs âmes nous attirent et nous transportent directement dans la vie et dans l'atelier des Artistes qui les conçoivent et les produisent.

Cette Croix dite de Marinier est une vitrine de tous les symboles qui ont accompagné la Passion du Christ.
Elle a été adjugée 3 100€ à l'Hôtel des Ventes 6, rue Gabriel Rivière à Lyon le 4 juin 2016.

Lot n° : 234

Description : CROIX de MARINIER en bois sculpté et laqué polychrome a décor des Instruments de la Passion en ronde-bosse sur un fond bleu nuit étoilé et et inscription BENOIT METHIEUX, encadrée de deux pénitents agenouillés sur des consoles et tenant des encensoirs. Présentée dans une niche à anse de panier surmontée d’une croix et de quatre pique-cierges. Travail d’époque XIXème siècle. 58 x 41 x 15 cm. Petits accidents et restaurations.

Estimation : 3 000€ / 5 000€



EMAIL - plaque rectangulaire légèrement bombée représentant la Crucifixion
Cette plaque émaillée de la Crucifixion  attribuée aux ateliers de Limoges de la fin du XVIe siècle et plus précisément à Suzanne de Court qui a inscrit ses initiales dans la partie haute a été adjugée 12 000€ au maretau lors d'une vente qui s'est tenue le 11 juin 2016 à Monaco.

N°156

EMAIL - plaque rectangulaire légèrement bombée représentant la Crucifixion
Au pied de la croix la Vierge, Saint Jean et Madeleine devant le crâne et l'os d’Adam, et le vase aux parfums. Deux anges récoltent le sang du Christ. l'ensemble sur fond de paysage avec rehauts d'or.

Signé en haut à gauche S.C. Suzanne de Court.

Limoges. Epoque fin du XVIème siècle - H : 25 cm - L : 19 cm.

Estimation : 8 000 € / 12 000 € 

Nota
Des oeuvres attribuées à Suzanne de Court sont conservées dans les collections de plusieurs grands musées internationaux comme Le Louvre ou le MET.



MARSEILLE. Christ en croix en faïence dans un cadre rocaille, sans fond, à décor floral, sommé d’une coquille, en camaïeu bleu.
Dans la même vente on pouvait acquérir pour la somme de 4 300€ au marteau ce Christ en Croix en faïence attribué à un atelier marseillais.

N°26 
MARSEILLE. Christ en croix en faïence dans un cadre rocaille, sans fond, à décor floral, sommé d’une coquille, en camaïeu bleu.
Premier tiers du XVIIIè siècle. Atelier de Fauchier.
Hauteur : 45,5cm. Au plus large : 30,5cm.
Petit manque à un clou sur le pied.

Estimation : 2 200 € / 2 500 € 

Nota
Un Christ identique attribué au même atelier a été adjugé 2 300€ à Avignon le 14 juin 2014.



SCULPTURE Probablement France, XVIIIe siècle.
Retour à une adjudication plus modeste avec ce Christ en Ivoire très proche du style de celui que je vous ai présenté en début de page. Le Christ est de dimensions plus modestes mais son écrin de présentation, un cadre violoné de style rocaille, lui donne une belle allure.

L'Hôtel Mosan de Liège l'a adjugé 900€ au marteau le 15 juin 2016

N°30 
SCULPTURE Probablement France, XVIIIe siècle.
Ivoire sculpté.
Sculpture représentant un Christ.
Il est présenté dans un cadre en bois doré sculpté de motifs Louis XV présentant un crucifix en son centre, sommé d'un motif portant l'inscription : 'INRI' et pourvu d'un petit bénitier dans la partie inférieure.
Petits manques.
Dim (cadre) : 70 x 37 cm

Estimation : 500 € / 600 € 






Christ d'applique en cuivre champlevé, émaillé, gravé et doré, émaux bleu foncé et blanc.
Tous les mois sont proposés à la vente plusieurs Christs attribués aux ateliers de Limoges. Les prix qu'ils atteignent, ou plutôt les prix où ils sont offerts, sont en décalage avec leur fréquence d'apparition et leur nombre sur le marché. Ils trouvent néanmoins des acquéreurs convaincus de repartir avec un trésor du XIIIe siècle ce qui est hautement improbable.

Ce Christ d'applique en cuivre doré et émaillé à été adjugé 5 000€ au marteau par la SVV Piasa le 16 juin 2016 :

N°21 
Christ d'applique en cuivre champlevé, émaillé, gravé et doré, émaux bleu foncé et blanc. 
Tête ceinte d'une haute couronne inclinée vers l'épaule droite ; long périzonium émaillé tombant à l'arrière des jambes ; pieds juxtaposés reposant sur un suppedaneum. 
Limoges, deuxième quart du XIIIe siècle 
H 17,5 × L 13,8 cm 
Sur une croix de velours vert 
(usures à la dorure) 

ESTIMATION : 3 000 / 4 000 € 





Ecole FRANCAISE vers 1650: Le Christ en croix entouré de Marie, saint Jean et Marie- Madeleine
L'engouement pour les Christs en cuivre doré et émaillé ne s'observe pas avec les tableaux anciens qui figurent la Crucifixion.

Leur prix d'adjudication est misérable. Pourtant ces oeuvres ne déçoivent pas leurs acquéreurs ni sur leur âge ni sur le talent des peintres qui les ont produites.

Me Patrick ARMENGAU à Avignon le 18 juin 2016 :

N°164 
Ecole FRANCAISE vers 1650: Le Christ en croix entouré de Marie, saint Jean et Marie- Madeleine. Toile. Dim.: 69,5 x 57 cm. (Petits accidents et restaurations anciennes). Sans cadre 

Estimation 800€ - 1 200€

Prixau marteau : 650€


Triptyque en émaux peints : Au centre le Christ en croix entre la Vierge et Saint Jean. Dans les volets, les anges agenouillés
Précédemment : 650 € pour une toile du XVIIe siècle et ici : 3 200€ pour un triptyque du XIXe siècle. 

Quelle est la logique du marché ?

SVV De Baecque & Associés à Lyon le 28 juin 2016 :

N°506
Triptyque en émaux peints : Au centre le Christ en croix entre la Vierge et Saint Jean. Dans les volets, les anges agenouillés, l'un en violine, l'autre en vert. Dans un important cadre architecturé en noyer découpé, sculpté à rehauts d'or, le fronton brisé à colonnes et cabochons de marbre - XIXem Siècle H. : 52 cm L. ouvert: 60 cm BL 

Estimation 600€ - 1 000€ 

Prix au marteau : 3 200 €
  • Tableau-crucifix avec Christ en ivoire sculpté et croix en ébène et placage d'écaille et d'étain
  • Tableau-crucifix avec Christ en ivoire sculpté et croix en ébène et placage d'écaille et d'étain
Ce beau Christ en Ivoire est apparemment sculpté d'une seule pièce ce qui n'est pas spécifié dans la désignation ! C'est pourtant une caractéristique excessivement rare qui traduit l'extrême confiance du sculpteur dans son art et finalement son remarquable talent. Confronté à ce type de caractéristique, en général le descriptif ne manque pas de citer les frères Duquesnoy qui au XVIIe siècle excellaient dans leur art et ont laissé quelques rares Corpus d'une seule pièce. 

En plus d'être sculpté d'une seule pièce, ce Christ en Ivoire atteint les 40 centimètres. Il fût pourtant offert dans une fourchette d'estimation réduite qu'un acquéreur bien avisé a emporté pour 1 600€ au marteau.

SVV Chevau-Légers Enchères à Versailles le 25 juin 2016 : N°197

Tableau-crucifix avec Christ en ivoire sculpté et croix en ébène et placage d'écaille et d'étain. Christ avec visage aux yeux clos incliné sur l'épaule droite, bras en V, périzonium retenu par une cordelette, jambes fléchies et pieds superposés ; bras horizontaux de la croix enfermant des reliques ; cadre à ressauts en bois sculpté et doré à décor de feuilles et de fruits de laurier. Epoque Louis XIV. Cadre : H : 73 ; L : 46 cm. H. Christ : 40 cm. (quelques manques à la croix) 

Estimation 800€ - 1 200€



Crucifix, Kongo, République Démocratique du Congo
L'Art Brut subit désormais les mêmes assauts spéculatifs que l'Art Conceptuel.

Ce modeste Crucifix dont on ignore tout, y compris son âge (fourchette de 200 ans fournie par l'expert ! ), a pulvérisé son estimation haute qui était déjà une aberration.

Il a été adjugé 75,000 EUR (Hammer Price with Buyer's Premium) sur la base d'une fouchette d'estimation 10 000€ - 15 000€.

C'est un Crucifix dont la construction est du type de ceux que les Colporteurs vendaient dans nos Campagnes au XVIIIe siècle et au début du XIXe siècle  qui s'acquièrent sur Ebay ou sur nos vide-greniers du dimanche pour une poignée d'euros. 

Celui-ci a un faciès africain, il circulait au Congo. Sa détention par quelques Collectionneurs d'Art Brut et son passage dans une exposition au Vatican semble lui avoir conféré un pedigree et une légitimité prétextes à tous les excès.

A découvrir sur le site de Sotheby's : Crucifix, Kongo, République Démocratique du Congo


Majesty from the Algarra Collection.
Terminons par ce Christ Catalan haut de 55 cm sculpté dans le bois ...

Les bras parfaitement d'équerre et son visage impassible, il semble assurer la circulation des âmes plus que de souffrir du châtiment de la Crucifixion. A la droite du Christ (à votre gauche) la route du Paradis (du côté du Bon Larron) A la gauche du Christ (à votre droite) ... il est mieux d'ignorer ce qui s'y trame !

Ce Christ hiératique a été adjugé 100 000€ au marteau par la Suite Subastas le 30 juin 2016 à Barcelone, 4 fois son estimation.

N°71 

Majesty from the Algarra Collection.
Carved polychrome wooden sculpture.
Catalan School.
Romanesque.
From around 1200.
Magnificent sculpture belonging to the group of clothed Majesties which, as explained by Rafael Bastardes in his book “Les talles romàniques del Sant Crist a Catalunya” (Romanesque carvings of Saint Christ in Catalonia), 1978, Artestudi, p. 85: “is the most interesting.
These Catalan majesties are considered to be the most impressive nucleus in Europe, due to their quality and the great number of them which have been preserved.
Catalonia has even been claimed as the homeland of the Majesties.”
Christ is depicted as triumphant, displaying the characteristics which we find in the majority of the images of Christ Triumphant, which symbolise the victory of Christ over death.
His face shows no torment or suffering.
He is in a frontal, hieratic and symmetrical position.
As in the majority of similar Maiestas Domini, he is wearing a long tunic which is also long-sleeved (tunica manicata, or late Roman tunic) cinched at the waist with a cincture.
Although the tunic appears to be straight, it is not, it is simply that the folds are lateral instead of frontal.
On the back of the sculpture is an eight centimetre hollow which was used as a reliquary.
One outstanding feature is that the relics are preserved.
This Christ figure is amply described and identified by Bastardes R. (1978, p. 165-169): “A careful examination brings to light a series of peculiarities which make this example very interesting.
The hair is very short with an unusual fringe, having three short locks which fall over the forehead, which is a rarity we have not seen before.
It has a thin moustache which parts at the nostrils displaying the upper lip free of hair.
The moustache is another rarity which we have only seen before in the clothed Majesties of All, Lluís de Bonis and Saderra.
The beard, nicely trimmed and drawn, segues into the moustache and leaves the chin clear.
In this way the mouth, with expressive lips, is framed by both, very fitting with the classicly corrected eyebrows and nose… The image is well preserved and with a pleasant aspect, inspired by the Majesties from the Ripoll workshop.”
Origin: Formerly part of the Jaume Algarra collection, latterly the Algarra family collection.
As Rafael Bastardes explains in his book “Les talles romàniques del Sant Crist a Catalunya” it was kept at the defunct Monastery of St. Jerome of Murtra, Badalona. 
We joint report by Professor José Antonio Pitarch and Professor Chiara Rotolo is attached.
Advice for the analysis and classification of tissues by Abbeg Stiftung Riggisberg, Switzerland.
Height: 55 cm.


Publié le 24 juillet 2016

free hit
counters