L’invention du portrait au format carte-de-visite fût à l’origine de l’ouverture entre 1850 et 1900 de plus de dix milles studios de photographes à travers toute la France.

Sans distinction, mus par le même enthousiasme, civils et religieux vont se rendre dans ces studios désireux de se faire tirer le portrait.

Je vous livre quelques personnages religieux que le Crucifix accompagne tout le long de leur vie. Ces portraits-cartes recèlent également quelques détails anecdotiques.

NB

N'hésitez pas à partager vos connaissances : identification de l'ordre religieux d'appartenance, identification des pièces des vêtements, le nec plus ultra : identification de la Personne portraiturée. Mon email est accessible dans toutes les pages du site. Il suffit de cliquer sur le logo de Windows en haut et à droite après le titre.


ECCLÉSIASTIQUE EN SOUTANE 


Cet ecclésiastique pose chez le peintre photographe Eugène APPERT (1830-1891). Cette photo a été prise entre 1867 et 1878 date à laquelle Eugène APPERT obtient une nouvelle médaille qu’il mentionnera au dos de ses portraits.

L’ecclésiastique a revêtu une soutane par-dessus laquelle il porte le rabat ainsi qu’une large ceinture nouée à la taille sur le côté gauche et retombant en deux pans au-dessous du genou. Des sur-manches boutonnées sur les avant-bras complètent son costume. Il tient entre ses mains un chapeau qui fait apparaitre une cordelière à 6 houppes.

La Croix pectorale est agrafée avec soin sur un bouton de la soutane et repose sur la ceinture.

Année 2016


Cardinal Aldophe PERRAUD

2017


L'Abbé Pierre D. a identifié son éminence le Cardinal Adolphe-Louis-Albert Perraud (7 février 1828 à Lyon - 10 février 1906 à Autun)

 La carrière d'Adolphe PERRAUD fût brillante. Elle ne fût pas seulement ecclésiastique, il est de nos Immortels après avoir été élu à l'Académie Française le 8 juin 1882 au fauteuil N°36.

Biographie extraite de l'Encyclopédie Catholique en ligne : Cardinal et académicien; né. à Lyon, France, 7 février 1828; décédé. Le 18 février 1906. Il a eu une brillante carrière aux lycées Henri IV et St. Louis et est entré à l'Ecole Normale où il a été fortement influencé par Gratry. En 1850, il obtient la bourse de l'histoire et enseigne pendant deux ans au lycée d'Angers. En 1852, il abandonne l'enseignement pour embrasser l'état sacerdotal. Il rentre à Paris où il rejoint l'Oratoire qui est alors en cours de réorganisation par Gratry et l'abbé Pététot, curé de Saint-Roch. Lors de son ordination en 1855, après un séjour à Rome, il fut nommé professeur d'histoire et préfet de religion au petit séminaire de Saint-Lô qui venait d'être confié à l'Oratoire. En même temps, il se consacrait à la prédication, pour quoi il fut rappelé à Paris. En 1860, il a visité l'Irlande, après quoi il a écrit "l'Irlande contemporaine" (1862). En 1865, il défendit une thèse théologique à la Sorbonne où, en 1866, il devint professeur d'histoire ecclésiastique et traita avec brio l'histoire du protestantisme. Il a été nommé (1870) par E. Ollivier un membre du Comité de l'Enseignement Supérieur. En 1870, il était aumônier dans l'armée de Mac Mahon et après la guerre prêché à Saint-Philippe du Roub et à Saint-Augustin. Fait évêque d'Autun en 1874 malgré ses tendances libérales, il s'intéresse surtout aux ouvriers. Après la catastrophe de Montceau-les-Mines, où vingt-deux mineurs périrent, il prêcha le sermon funèbre; il donna plusieurs cours de carême dans sa cathédrale et prêcha les sermons funéraires du cardinal Guibert, du cardinal Lavigerie et de Mac Mahon. Il s'occupait activement de l'amélioration des études cléricales dans lesquelles son sermon (1879) sur «l'Église et la lumière» provoqua une grande sensation; après le Congrès de Bruxelles (1894), il a été nommé président honoraire de la Société pour l'encouragement des études supérieures au sein du clergé. Élu à l'Académie française en 1882 pour remplacer Barbier, il accueille en 1885 Duruy et, en 1889, prononce le discours sur les prix de la vertu. Après avoir été supérieur général de l'Oratoire à partir de 1884, il a démissionné en 1901 afin de ne pas signer la demande d'autorisation de sa congrégation. Il fut créé cardinal in petto le 16 janvier 1893 et publié au Consistoire de 1895. Au conclave de 1903, il s'opposa énergiquement au mouvement d'exclusion dirigé contre Rampolla par Puczina, archevêque de Cracovie, au nom de Gouvernement autrichien. Ses œuvres sont les "Etudes sur l'Irelande contemporaine" (Paris, 1862); "L'Oratoire de France au XVIIe siècle" (1865); "Paroles de l'heure présente" (1872); "Le Cardinalde Richelieu" (1872); aussi des œuvres oratoires.

 A cette Biographie je rajoute que, conformément à ses Voeux, le Cardinal Adolphe PERRAUD est inhumé dans la Chapelle des Apparitions du Monastère de la Visitation à Paray-Le-Monial. Il repose à proximité de la Chasse qui contient les restes de Marguerite-Marie ALACOQUE (22 juillet 1647 à Verosvres - 17 octobre 1690 à Paray-le-Monial).

 Aussi, l'actuel Evêque d'Autun, Mgr  Benoît RIVIERE a décidé de réveiller son souvenir en créant cette année le Prix littéraire Cardinal-Perraud qui vient pour la première fois d'être attribué le 1er juin à l'Ecrivain Marcus MALTE


LE PELERIN - N°1521 du 25 Février 1905 -

Adolphe PERRAUD Evêque d' Autun Cardinal

MOINE TRAPPISTE


Ce moine tonsuré de la trappe de Staouëli revêt sa robe de bure monacale dotée d’une capuche. Les trappistes de Staouëli étaient au XIXe siècle de forts gaillards experts dans le domaine de l’agriculture. 

Année 2016


MOINE TRAPPISTE

PAPE PIE IX


Les albums de famille anciens ne renferment pas que des proches. Il est courant de trouver des portraits-cartes de personnages célèbres. 

Ici le Pape Pie IX (1792-1878) photographié le 13 mai 1875 au Vatican par le photographe Adolphe Braun (1812-1877) qui avait ouvert un atelier à Dornach dans le Haut-Rhin.

La pause pour se faire tirer le portrait était longue d’où la nécessité de disposer de bons appuis afin de rester immobile. Cette nécessité due à la durée de la pause explique l’attitude un brin nonchalante de Pie IX de son vrai nom Giovanni Maria Mastai Ferretti.

Un fac similé reproduit l’écriture et la signature de Pie IX.

Année 2016

PAPE PIE IX

ARCHEVÊQUE EN HABIT DE CHOEUR


Le Cardinal de Bonald (1787-1870) fût nommé Archevêque de Lyon, Primat des gaules en 1839. Il accéda au rang de Cardinal en 1841. Louis-Jacques-Maurice de ses prénoms pose debout habillé en soutane, rochet, mozette et rabat et tient à la main sa barrette cardinalice.

Il est photographié par Pierre Petit (1831-1909) surnommé Collodion le chevelu, collaborateur d’Eugène Disdéri, l'inventeur de la photo-carte de visite. Pierre Petit fût le photographe officiel de l'épiscopat et des ordres religieux. Il a réalisé une série de portraits d'ecclésiastiques dans toute la France.

Année 2016

ARCHEVÊQUE EN HABIT DE CHOEUR CARDINAL Archevêque de Lyon

CARDINAL DE L’ÉGLISE ROMAINE


Frères d’Alessandri est probablement l’atelier de photographies le plus célèbre de Rome au XIXe siècle.

L’un des deux frères étant prêtre, les Frères d’Alessandri étaient autorisés à entrer au Vatican et à photographier le Pape et sa cour rapprochée. 

Ce prélat, probablement un Cardinal, adopte la même attitude de pause que Pie IX précédemment. Par-dessus sa soutane il porte le rochet , surplis de lin à dentelles, la mozette, pèlerine boutonnée par devant couvrant les épaules et les bras et l’indispensable Croix pectorale.

Année 2016


CARDINAL DE L’ÉGLISE ROMAINE Archevêque de Lyon

CARDINAL DE L’ÉGLISE ROMAINE (Suite)

Eusèbe CAVEROT Cardinal de l'Eglise Romaine Archevêque de Lyon
Le-dît Cardinal de l'Eglise romaine est Monseigneur Louis-Marie-Joseph-Eusèbe CAVEROT , né le 26 mai 1806 à Joinville dans le diocèse de Langres et mort le 23 janvier 1887 à Lyon.

Il connût une carrière brillante qui commença au séminaire Saint-Sulpice en 1828. Mgr CAVEROT est ordonné prêtre en 1831 et devient vicaire général de l'archidiocèse de Besançon en 1846. 

Le 20 avril 1849 il est ordonné évêque de Saint-Dié.

Le 26 juillet 1876 il est promu archevêque de Lyon.

Le 12 mars 1877 le Pape Pie IX l'élève au rang de Cardinal du titre de San Silvestro in CapiteLe  24 mars 1884 Mgr CAVEROT opte pour le titre de la Santissima Trinità al Monte Pincio.

Sa carrière s'arrête dans sa 81ème année, le 23 janvier 1887 précisément.

Pour tout savoir, enfin presque, sur ce Cardinal de l'Eglise Romaine, rendez-vous à cette page que lui consacre ce site d' Histoires Lyonnaises

Année 2016


Jacques-Marie-Achille GINOULHIAC

Jacques-Marie-Achille GINOULHIAC Archevêque de Lyon
Ayant précédemment évoqué le  nom de Mgr de BONALD ainsi que celui de Mgr CAVEROT je ne saurais passer sous silence Jacques-Marie-Achille GINOULHIAC.

Mgr GINOULHIAC est né le 3 Décembre 1806.

Il est ordonné prêtre le 27 mars 1830 puis enseigne au séminaire de Montpellier.

En 1839 il est nommé vicaire général à Aix-en-Provence et fût Evêque de Grenoble de 1853 à 1870. 

Cette année 1870 Napoléon III le nomme Archevêque de Lyon. Il succède donc à  Louis-Jacques-Maurice de BONALD.

Il demeure à ce poste jusqu’à sa mort intervenue le 17 novembre 1875. C'est Louis-Marie-Joseph-Eusèbe CAVEROT qui lui succède.

Contrairement à son prédécesseur Mgr de BONALD et à son successeur Mgr CAVEROT, Jacques-Marie-Achille GINOULHIAC ne fût pas élevé au rang de Cardinal.

C’est Mgr GINOULHIAC qui posa le 7 décembre 1872 la première pierre de la Basilique de Fourvière.

Année 2016

PRÊTRE FRANÇAIS PORTANT LE RABAT


Le rabat est une particularité vestimentaire du clergé séculier français. Il était porté en toutes circonstances, y compris, lors du déplacement des prêtres à Rome où il provoquait l’étonnement sinon l’amusement des prélats romains qui y voyaient une bavette !

Année 2016

PRÊTRE FRANÇAIS PORTANT LE RABAT

SAINT CURÉ D’ARS


Le Curé d’Ars (1786-1859) de son nom complet Jean-Baptiste Marie Vianney ne quittait jamais son rabat. Encore aujourd’hui il le porte dans sa chasse de la basilique d’Ars-sur-Formans.

C’est un photographe de la ville d’Ars où Jean-Marie Vianney a exercé son ministère qui a reproduit sur collodion cette gravure de J. B. M. Vianney.

Contrairement à ses contemporains le Curé d’Ars a toujours refusé de se faire tirer le portrait. En 1858, pendant le catéchisme un sculpteur de sa paroisse, Emilien Cabuchet, a modelé à son insu dans la cire le buste de J. B. M. Vianney. C’est la seule représentation que le Curé d’Ars ait accepté à la condition qu’elle ne soit diffusée qu’après son décès.

Année 2016


SAINT CURÉ D’ARS

SAINTE BERNADETTE SOUBIROUS


C’est à la fin du XIXe siècle que les premières photographies de défunts sur leur lit de mort apparaissent.

Le 4 juillet 1866 Bernadette Soubirous (1844-1879) entre au couvent de Saint-Gildard de Nevers. Lorsqu’elle prend l’habit de Novice le 29 juillet de la même année elle reçoit le nom de Sœur Marie-Bernard. Elle demeurera les 13 dernières années de sa vie à la maison mère des Sœurs de la Charité et s’éteindra le 16 avril 1879.

Cette photo au format Carte de Visite présente Bernadette Soubirous alias Sœur Marie-Bernard sur son lit de mort tenant le Crucifix entre ses mains. Le dos de la Carte de Visite porte le tampon officiel de la Maison Mère des Sœurs de la Charité avec la devise de la Congrégation « DEUS CHARITAS EST ».

Année 2016

SAINTE BERNADETTE SOUBIROUS

SŒUR RELIGIEUSE


Le photographe lyonnais Victoire André a remporté la médaille d’or de l’Exposition Universelle de Lyon en 1872. Il recevra ensuite une médaille hors ligne à Paris en 1874, une 1ère médaille pour le portrait à Paris en 1875, la médaille d’or à Paris à l’exposition internationale de 1878 etc.

L’absence de mention des médailles acquises après 1872 permet de circonscrire la date de réalisation du portrait de cette Religieuse entre 1872 et 1874 c

Année 2016

SOEUR RELIGIEUSE

MONIALE


C’est chez un photographe de la ville d’Ales dont l’orthographe a changé au fil du temps que cette Moniale prend la pose. Nous sommes vers 1870. La Soeur plonge son regard dans celui du Christ.

Année 2016

MONIALE

J.M.J. 


De 1850 jusqu’à la Grande Guerre on dénombre en France plus de 200 éditeurs d’images pieuses. Bonamy, rue des Cordeliers, N°15 à Poitiers fût un de ceux-là. Il avait également un studio de photographies où les Religieux de toutes confessions et de tous grades prenaient la pose.

Ce n’est pas au sigle qui désigne les Journées Mondiales de la Jeunesse que l’Editeur de Poitiers fait référence, la première Journée ne s’est tenue qu’en avril 1984 !

J.M.J. est l’abréviation des Saints Noms de Jésus-Marie-Joseph.

Année 2016

J.M.J. Jésus Marie Joseph et Journées Mondiales de la Jeunesse

Agnès ...


Le 30 juin 2016, Agnès m'a communiqué l’identité du Personnage qui prend la pose  La photographie représente Monseigneur  Louis Edouard PIE  cardinal évêque de Poitiers de 1849 à 1880.

Le site Wikipedia consacre à Louis-Edouard PIE (1815-1880) une page complète que je vous invite à découvrir.

 Le portrait qui suit a été mis en vente en juillet 2009 par la Maison Bonhams. Il donne aux habits du Cardinal un éclat que la photo en studio ne saurait rendre. Le portrait est signé et daté 1880 soit l’année du décès de Louis Edouard Pie. 

Année 2016


Adolphe PERRAUD Evèque d' Autun Cardinal

MR L'ABBÉ AVRIL


Une écriture manuscrite identifie ce Prélat à Mr l’Abbé Avril.

L’Abbé prend la pose dans le studio de la Maison Durand-Escudié Place des Cordeliers, 6 qui s’affiche comme La plus ancienne maison de France.

Dommage que la qualité du cliché ne permette pas d’identifier la médaille cruciforme que le Prélat arbore sur la poitrine en guise de Croix pectorale.

On est admiratif devant le travail de broderie.

Année 2016


MR L'ABBÉ AVRIL

UN FRÈRE


Un Religieux est généralement libre de porter le modèle de Crucifix qu’il souhaite et de le porter comme bon lui semble.

Ce Frère prend la pose chez le photographe parisien H. Laurent rue de Grammont, 30. Il a opté pour un Crucifix de grandes dimensions qu’il porte en bandoulière sur son épaule gauche et qu’il dissimule en partie sous une cape blanche dotée d’une capuche.

Année 2016


FRÈRE

UN PRÊTRE


Le gabarit du Crucifix porté par ce Prêtre est de dimensions proches du précédent mais il le porte différemment.

Ce Prêtre préfère porter le Crucifix dans la ceinture de sa soutane.

Vous observerez l’absence de toute marque d’identification au dos de la Photo Carte qui traduit une ancienneté certaine de ce cliché, probablement avant 1860.

Année 2016



PRÊTRE

UN PRÊTRE FRANÇAIS


Ce Prêtre français a opté pour un Crucifix aux dimensions plus modestes qu’il porte en travers de la boutonnière de sa soutane.

Année 2016

PRÊTRE FRANÇAIS

UN MOINE TONSURÉ


Ce moine tonsuré n’a pas jugé utile d’exposer le Crucifix. Il égrène son chapelet pendant les longues secondes que dure la pose.

Année 2016

MOINE TONSURÉ

UN rELIGIEUX VÊTU DE BLANC


Ce Religieux, vêtu de blanc, arbore la Croix pectorale et les Saintes écritures.

Ce cliché a été par le photographe lyonnais Benjamin Escudié au cours de la dernière décennie du XIXe siècle, ce que traduit la conception et les caractéristiques de la Photo Carte : carton épais avec une tranche dorée et biseautée, police d’écriture manuscrite pour le nom du Photographe, inscriptions à l’encre dorée sur un fond noir intense.

Année 2016

RELIGIEUX VÊTU DE BLANC

UN RELIGIEUX VÊTU DE BRUN


Cet autre Religieux, vêtu de brun, n’arbore ni la Croix pectorale et ni les Saintes écritures.

Il porte une corde à noeuds ainsi que le chapelet.

Année 2016


RELIGIEUX VÊTU DE BRUN

PAPE LÉON XIII


Le Pape Léon XII est né en 1810.

Il fût élu Pape à l’âge de 68 ans au Conclave de 1878 alors que sa santé était fragile, disait-on !

Est-ce que la Fontaine de Jouvence coule au Vatican ?

Toujours est-il que le Pape Léon XIII déjoua tous les pronostics sur sa santé. Il exerça son pontificat jusqu’à son dernier souffle en 1903.

Le Cliché de l’éditeur parisien L. Dopter est évidemment postérieure à l’année 1878.

Année 2016



PAPE LÉON XIII

À-PROPOS


Je termine cette courte série de Portraits Religieux par un clin d’œil au Commerce en vous invitant à découvrir l’adresse postale des Photographes qui ont portraituré nos amis Religieux. 

Année 2016

free hit
counters