Découragement

 
Depuis longtemps je suis consterné par la quantité d’inepties qui sont écrites et publiées sur l’iconographie et l’attribution des Christs en Croix.

En 2007, ma consternation a été le déclencheur de ma motivation à créer le site  afin d’informer des recherches et des découvertes que j’avais faites au fil de mon expérience sur le thème des Christs en Croix.

11 ans plus tard, cet été 2018, face au constat que malgré mes nombreux efforts d’informations et de publication les affabulations sur l’Iconographie et l’attribution des Christs en Croix restaient monnaie courante, ma consternation s’est muée en découragement.

J’ai donc cessé de publier toute nouvelle information.

Ces mots sont probablement les derniers que je publie car à quoi bon rechercher la vérité lorsque les Acteurs qui sont en charge de vous éclairer vous entrainent aussi souvent dans des lieux obscurs.

C’est une vente qui se déroulera sur le site https://www.drouotonline.com qui me conduit à réagir … une dernière fois.

Le 21 novembre 2018 sera vendu sous le N° 138 un Christ en Ivoire désigné comme suit :

Lot N°138

Descriptif

Pierre-Louis Modeste Poisson (1807-c.1880) dit Pierre Julien
Crucifixion : Christ vivant
Figure en ivoire sculpté
Signé « julien » en lettres gravées dans le pli vertical gauche du périzonium et « P.Julien » à l'encre du
côté droit de la hanche.
Porte les 225, 12° au revers
H. : 33 cm et envergure des bras : 26 cm
Poids : 712 gr
Accidents et manques dans la chevelure, la couronne et index droit, salissure, et jaunissement
naturel du matériau au revers
 Ce Christ en croix a été exécuté par l'ivoirier parisien natif de Dieppe Pierre-Louis Modeste Poisson
(1807-c.1880), dit aussi Pierre Julien. 
Présenté lors de l'Exposition Internationale de Paris en 1867, ce
modèle inspiré de l'école dieppoise du XVIIe siècle revisité est récompensé d'une médaille d'argent.
Suscitant un vif engouement, ce modèle est ensuite repris par un certain nombre de sculpteurs, dont
Jean-Baptiste Lefèbvre (1846-1906).

Christ en Ivoire Pierre-Louis Modeste Poisson (1807-c.1880)


Un plan rapproché de la signature qui figure au dos du périzonium complète la description.

Christ en Ivoire signé P.JULIEN

Commentaires

En 2007 j’ai été le premier et je suis probablement toujours le seul à rechercher et à actualiser des informations sur le grand Ivoirier et Capitaine de l’Industrie que fût Pierre Louis Modeste POISSON (1807-1880) dont je précise la date de décès manifestement ignorée par le rédacteur de l’annonce de la vente du 21 novembre 2018 : Pierre Louis Modeste POISSON est décédé le 3 avril 1880 en son domicile parisien. Cette date est certaine car je possède une copie de l' acte de décès de Pierre Louis Modeste POISSON.

La signature P.JULIEN inscrite au dos du perizonium du Christ en Ivoire vendu sous le N°138 n’a aucun lien avec Pierre Louis Modeste POISSON contrairement à ce qui est affirmé par le Rédacteur de la S.V.V. qui met ce Christ en vente.

P.JULIEN est la signature d’un Ivoirier parisien dont l’atelier était situé rue du Vieux Colombier à Paris au N°13.
Il ne se prénommait pas Pierre comme l'avance le rédacteur de l'annonce de vente, il se prénommait Paul.

L'Ivoirier Paul JULIEN est inscrit dans de nombreux Almanachs parisiens de la fin du XIXe siècle qu'il suffit d'ouvrir pour découvrir son Nom, son Prénom et l'adresse de son Atelier :

Extrait de l'Annuaire-Almanach du Commerce, de l'Industrie, de la Magistrature et de l'Administration
Rubrique Sculpteurs sur Ivoire
Année 1888

Paul JULIEN Ivoirier 13 rue du Vieux-Colombier Paris

M.ROSENWALD, un Marchand parisien qui tenait commerce 64 rue des Archives détenait en 1925 l'exclusivité de l'Edition des Christs de Paul JULIEN

L'année 1888 d'une part, l'année 1925 d'autre part, voilà les lustres que Pierre Louis Modeste POISSON décédé le 3 avril 1880 avait rendu l'âme. 
C'est donc avec preuve et certitude que j’affirme l’absence totale de liens entre P.JULIEN et Pierre Louis Modeste POISSON.
Pierre-Louis Modeste Poisson dit Pierre Julien comme l'écrit l'annonce de Vente est une affabulation.

Je ne lance pas la pierre au Rédacteur du descriptif de ce lot N°138 car ainsi que je l'ai écrit il y a 9 ans sur mon site, la première confusion entre l’ivoirier Pierre Louis Modeste POISSON et un dénommé  Julien POISSON a été commise à la page 18 du N°4 des Cahiers de l’Ivoire du Château Musée de Dieppe imprimé et diffusé en janvier 2008.

En décembre 2015 un Marchand qui vendait un Christ signé P.JULIEN sur le site https://www.proantic.com avait de son côté publié le descriptif suivant :
"Christ Ivoire 19 ème Siècle Signé P .Julien" Très beau christ en ivoire signé P JULIEN   PIERRE LOUIS MODESTE POISSON tabletier ivoirier ,médaillé a toutes les grandes expositions du 19 ème siècle .

Le descriptif publié par ce Marchand ajoutait une couche à la confusion déjà commise entre Pierre Louis Modeste POISSON et le Julien POISSON du Cahier de l'Ivoire N°4, en attribuant désormais  la signature P.JULIEN à Pierre Louis Modeste POISSON.

Cette double confusion désormais bien entretenue entre Pierre Louis Modeste POISSON et P.JULIEN a pourtant un caractère excessivement grossier.

Comment est-il possible lorsqu'il est écrit JULIEN dans une signature qu'on lise POISSON ?

Comment peut-on associer un Ivoirier décédé en 1880 à un Ivoirier dont les Christs sont toujours édités en 1925

Malheureusement la parole écrite d’un Conservateur, suivie de celle d'un Marchand  et désormais celle d'une S.V.V., même s'ils commettent une erreur grossière, ont bien plus de résonance que celle de l’Amateur que je suis.

Je regrette d’avoir publié en 2007 mes notes sur Pierre Louis Modeste POISSON afin de sortir cet Ivoirier et grand capitaine de l'Industrie de l'anonymat dans lequel l'histoire l'avait enfoui. Sa production qui a été récompensée à toutes les grandes Expositions du XIXe siècle l’élève au rang de l’Ivoirier le plus médaillé de ce grand siècle industriel. 

Le voilà désormais confondu avec un Ivoirier qui travaillait en chambre pour les Marchands Parisiens.

Qu'il me pardonne.



P.S.

J'avais ouvert cette rubrique Divergences avec une pensée de Pierre DAC : 

"Si tous ceux qui croient avoir raison n'avaient pas tort, la vérité ne serait pas loin"


Je la referme avec une autre pensée du même : 

"Une erreur peut devenir exacte selon que celui qui l'a commise s'est trompé ou non."





Publié le 11 novembre 2018

free hit
counters