JAILLOT (1631c.-1681)

Pierre Simon JAILLOT (1631-1681)

Pierre Simon JAILLOT et Alexis Hubert JAILLOT sont 2 frères nés à Avignon-les-Saint-Claude dans le département du Jura.

Pierre Simon serait né le 1er vers 1631. Alexis Hubert serait né 1 an plus tard.

Au départ leur destin semble emprunter la même voie. Une archive datée du 30 octobre 1655 atteste qu'à cette date ils sont membres de la corporation des maistres sculpteurs de Saint-Ouyand de Joux.

En 1657, ils s'établissent à Paris et à partir de cet instant ils suivent des voies différentes.

Pierre Simon JAILLOT entre à l'Académie Royale de Peinture et de Sculpture en 1661 tandis que Alexis Hubert JAILLOT fréquente l'Académie de Saint-Luc. Il sera Graveur et Editeur de cartes géographiques.

Je laisse Alexis Hubert JAILLOT vivre sa vie parisienne dans l'Edition, elle se prolongera jusqu'à ce qu'il atteigne l’âge respectable de 80 ans.

C'est Pierre Simon JAILOT qui est désormais le seul objet de mes propos.

Dans ses archives, l'Académie Royale de Peinture et de Sculpture conserve du membre Pierre Simon JAILLOT de savoureuses anecdotes.

Pierre Simon JAILLOT s'attaqua violemment à Charles Le BRUN (1619-1690) qui en était le Recteur puis le Directeur et leur différent fût d'une intensité telle que cela le conduisit à être emprisonné pendant 7 mois à la Bastille.

Tout avait pourtant bien commencé par le plébiscite de l'Académie pour son morceau de réception le 28 mai 1661 qui était un Christ sculpté dans l'Ivoire.

Charles Le Brun lui-même en fût admiratif jusqu'à lui commander un Crucifix en Ivoire pour sa personne.

Pierre Simon JAILLOT pouvait-il envisager un plus grand honneur lui qui, arrivant de sa province quelques années plus tôt, était convié à répondre à une commande du Directeur de l'Académie Royale de Sculpture et de Peinture, 1er Peintre du Roi Louis XIV ?

Probablement qu'il en fût flatté mais c'est aussi cette commande qui déclencha leur différent !

Pierre Simon JAILLOT fît le Crucifix en Ivoire que réclamait Charles Le BRUN mais jugeant que le prix offert par Charles Le BRUN n'était pas à la hauteur de son travail, il le céda à un tiers à un prix supérieur.

On peut imaginer la vexation ressentie par Charles LE BRUN et de ce jour les relations entre les deux Hommes furent des plus tendues.

Je ne vais pas vous faire le récit de tous les différents qui les opposèrent et qui conduisirent Pierre Simon JAILLOT à être exclu de l'Académie puis à être emprisonné à la Bastille.

Le Chapitre que consacre André FONTAINE à JAILLOT dans son ouvrage ACADEMICIENS D'AUTREFOIS vous révèle la nature de ces différents.

Ce que je crois et que je veux vous faire partager est la forte probabilité que Pierre Simon JAILLOT était de confession Janséniste.

Dans ces conditions, l'oeuvre de Pierre Simon JAILLOT que conserve le Victoria & Albert Museum et qui était très admiré en France au XVIIIe siècle et au XIXe siècle avant son acquisition par ce grand musée fût probablement au XIXe siècle un des moteurs de l'association entre les bras du Christ resserrés à la verticale et le Jansénisme ...

Comme contre argumentation à cette association il faut se souvenir que le peintre Philippe de CHAMPAIGNE (1602-1674), lui-même de confession janséniste, peignait des Christs en Croix avec les bras proches de l'horizontale et Charles Le Brun lui-même peignit des Christs avec les bras à la verticale.
Ce type iconographique était tout simplement dans l'air du temps ...

Pierre Simon JAILLOT vivait son art avec passion.

Sa détermination à vouloir faire reconnaître la sculpture comme un art supérieur à la Peinture, son tempérament qui n'acceptait pas la compromission, sa révolte contre les institutions étatiques ont épuisé ses forces.

La vie lui accorda moins de clémence qu'à son frère Hubert Alexis. Pierre Simon JAILLOT fût inhumé l'année de ses 50 ans le mercredy vingt-quattre de septembre 1681 dans l 'église St-A.-des-A.,sur les 7h du soir .

LE GROUPE DE LA CRUCIFIXION DE PIERRE SIMON JAILLOT

LE GROUPE DE LA CRUCIFIXION DE PIERRE SIMON JAILLOT CONSERVE AU V&A MUSEUM


Cet exceptionnel groupe de la Crucifixion a été acquis chez Sotheby's en 1984 par le Victoria & Albert Museum à Londres.

Au cours du XVIIIe siècle et tout le XIXe siècle on pût l'admirer à la paroisse de Saint-Germain l'Auxerrois.

L'Auteur des Mémoires secrets pour servir à l'histoire de la République des Lettres en France depuis 1762 jusqu'à nos jours en fait une description précise à la page 367 de l'édition de 1789 qui commence en ces termes : 7 avril (1787) La production de M.Jaillot qu'on va voir chez le curé de St Germain l'Auxerrois, eft un Calvaire entier, compofé de 10 figures, le Chrift, les 2 larrons, la Vierge, St. Jean, la Magdelaine et enfin deux grouppes de deux Anges chacun ...

Ce Groupe de la Crucifixion est signé et daté 1664.

Selon la Notice du V&A Museum ce serait la seule pièce connue signée et datée de Pierre Simon JAILLOT ! 

 La preuve du contraire dans les images qui suivent

Ce lien vous guide vers la notice de ce groupe sculpté sur le site du V&A Museum : http://collections.vam.ac.uk/item/O311600/the-crucifixion-group-jaillot-pierre-simon/

CHRIST EN IVOIRE SIGNÉ PS JAILLOT

CHRIST EN IVOIRE SIGNE PS JAILLOT XVIIE SIECLE

 Cette photo, d'un exceptionnel Christ en Croix en Ivoire, m'a été adressée par un lecteur du site qui ne parvenait pas à déchiffrer la signature inscrite au revers du perizonium.

PS JAILLOT est gravé en Majuscules.

C'est un Christ dit à la Janséniste pour reprendre les termes de l'Auteur de Mémoires secrets qui décrit ainsi ce type de représentation Les bras très rapprochés; ce qui eft la fuite de la contraction de tous les muscles par le poids du corps dont les pieds sont pendans

Plus que le Christ du Groupe de la Crucifixion du V&A Museum, le Christ en Ivoire de ce lecteur mérite l'appellation à la Janséniste , sa verticalité est parfaite.

C'est une représentation sublimée par un rendu exceptionnel de l'étirement de ce corps crucifié.

CHRIST EN IVOIRE SIGNÉ PS.Jaillot Faciebat DATÉ 1664

CHRIST EN IVOIRE SIGNE PS.Jaillot Faciebat DATE 1664


Ce Christ en Croix en Ivoire est signé PS.Jaillot faciebat et il porte la date 1664

Son iconographie est très proche de celle du Christ d'Ailles reproduit dans le paragraphe suivant.

Ce Christ en Croix se trouve se trouvait entre des mains privées en Italie.

 se trouvait car il vient d'être vendu à Londres le 23 mars 2017 par Bertolami Fine Arts

CHRIST EN CROIX DATÉ 1664 SIGNÉ P.JAILLOT

CHRIST EN CROIX DATE 1664 SIGNE P.JAILLOT

Henri CHERRIER a relaté en 1904 sa découverte dans l'Eglise d'Ailles, département de l'Aisne, d'un Christ en Ivoire signé P.Jaillot, daté 1664, que son fils Maurice eût l'heureuse idée d'immortaliser par la photographie.

Henri CHERRIER a avancé que ce Christ était la réplique de celui que Pierre JAILLOT avait offert à l'Académie Royale de Peinture et de Sculpture en 1661 en guise de morceau de réception.

Les multiples bombardements de la seconde guerre mondiale ont eu raison de l'Eglise d'Ailles et le Christ en Ivoire a depuis disparu !

Il est dommage qu'Henri CHERRIER n'ait pas relevé les dimensions du Christ d'Ailles. Il rapporte seulement qu'il était de très grande taille.

 Sur la photo publiée par Henri CHERRIER on observe nettement que les phalanges des pieds du Christ sont endommagées. Il manque toutes les phalanges du pied droit ainsi que le pouce et les 2 premières phalanges du pied gauche.

 Bizarrement les pieds du Christ en Ivoire  vendu à Londres le 23 mars 2017 par Bertolami Fine Arts ont subi une réparation aux mêmes phallanges !

Cette coïncidence soulève des interrogations ?


GRAVURES DE CHRISTS EN IVOIRE SCULPTÉS PAR PIERRE SIMON JAILLOT

Gravure de Jean Hainzelman d'un Christ sculpté dans l'ivoire par Pierre Simon JAILLOT

Dans la 1ère publication de cette biographie de Pierre Simon JAILLOT j'avais communiqué la gravure d'un Christ sculpté dans l'ivoire par Pierre Simon JAILLOT, dessiné par le peintre Louis de LICHERIE (1629-1687) et gravé par Jean Hainzelman 

Dans son N°237 la revue Nouvelles de l'Estampe a publié un article intitulé Chemins de croix. Un marché de gravure entre Pierre-Simon Jaillot et Jean Hainzelman en 1681 qui est illustré de 3 gravures qui présente chacune un Christ différent sculpté dans l'ivoire par Pierre Simon JAILLOT.

L'une est la gravure que j'avais déjà publiée et que je vous communique à nouveau ci-contre. Les 2 autres sont reproduites dans les paragraphes qui suivent.



  1ère Gravure de Jean Hainzelman d'un Christ sculpté dans l'ivoire par Pierre Simon JAILLOT

Gravure de Jean Hainzelman d'un Christ sculpté dans l'ivoire par Pierre Simon JAILLOT
















 2nde  Gravure de Jean Hainzelman d'un Christ sculpté dans l'ivoire par Pierre Simon JAILLOT
Gravure de Jean Hainzelman d'un Christ sculpté dans l'ivoire par Pierre Simon JAILLOT












3ième Gravure de Jean Hainzelman d'un Christ sculpté dans l'ivoire par Pierre Simon JAILLOT

LE CHRIST EN IVOIRE VENDU A LONDRES PAR BERTOLAMI FINE ARTS

  • Christ en Ivoire signé PS JAILLOT 1664 faciebat
  • Christ en Ivoire signé PS JAILLOT 1664 faciebat


Le 23 mars 2017 la succursale londonienne de la Maison de Ventes Bertolami Fine Arts basée à Rome a procédé à la vente d'un Christ en Ivoire haut de 62 cm signé PS Jaillot et daté 1664.

Ce Christ a été présenté sous le N°88 avec le descriptif suivant que vous pouvez retrouver à cette page du site de la Maison de Ventes Bertolami accompagné par de nombreuses photos

N°88

Descriptif :

Eccezionale e raro Crocifisso barocco in avorio scolpito - Pierre Simon Jaillot (Avignone, 1631 – Parigi, 1681); ; firmato e datato al verso del perizoma "PS Jaillot faciebat 1664".
Questa Crocifissione in avorio fu scolpita da Pierre Simone Jaillot nel 1664. Lo scultore, molto apprezzato per il suo talento artistico, fu ammesso nel 1661 all’Académie royale de peinture et de sculpture dopo aver presentato un bellissimo Crocifisso. Il direttore, il pittore Charles Le Brun (1619-1690), ne chiese una copia per la sua collezione, richiesta accolta dall’artista che in fine si rifiutò di consegnare l’opera perché gli fu offerta una somma – a suo dire – inferiore alla bellezza del pezzo. Secondo alcuni documenti, in seguito a questo episodio, fu espulso dall’accademia ed imprigionato per diversi mesi alla Bastiglia. Dell’artista si possono ammirare diverse versioni di questo tema e un raro gruppo scultoreo, sempre in avorio, conservato presso il Victoria & Albert Museum di Londra.
Altezza totale 62 cm, larghezza 42,5 cm, peso 2400 gr. Stato di conservazione: ***** eccellente (in patina originale con evidenze di invecchiamento compatibili con l'epoca). Certificato Ce.S.Ar.

Le lot a atteint l'enchère de  57 500£ soit un peu plus de 65 000€

 Une bonne affaire pour le Vendeur car malgré la signature inscrite au dos du Christ Pierre Simon JAILLOT n'a probablement jamais eu ce Christ entre les mains !


LA RÉPARATION AUX PIEDS DU CHRIST EN IVOIRE 
VENDU A LONDRES LE 23 mARS 2017 cHEZ BERTOLAMI FINE ARTS

Christ en Ivoire signé PS JAILLOT 1664 faciebat
Cette photo qui a été mise en ligne par Bertolami Fine Arts sur son site montre une réparation faite aux pieds du Christ en Ivoire vendu par ses soins le 23 mars 2017.

 Cette réparation n'est pas mentionnée dans le descriptif malgré sa flagrance et sa qualité médiocre de réalisation et, bizarrement, elle répare sur le Christ en Ivoire vendu par Bertolami Fine Arts les mêmes dommages que ceux subis par les pieds du Christ en Ivoire d'Ailles ...

Questions ?

1- Le Christ vendu par Bertolami Fine Arts serait-il le Christ en Ivoire disparu à Ailles pendant la seconde guerre mondiale ?

 C'est peu probable parce qu' Henri CHERRIER témoigne que le Christ d'Ailles est signé P. JAILLOT et non PS JAILLOT faciebat mais ce n'est pas exclu car entre le moment où Henri CHERRIER a découvert le Christ d'Ailles et le moment où il a rédigé ses notes il a pu oublier les détails de la signature pour ne retenir que l'essentiel ! Pour lever toute incertitude, il faudrait disposer de la photo originale du Christ d'Ailles afin de comparer le réseau des micro fissures du Christ vendu par Bertolami Fine Arts et le réseau des micro fissures du Christ d'Ailles.

2-Le Christ vendu par Bertolami Fine Arts serait-il une autre réplique du Christ en Ivoire que Pierre Simon Jaillot offrît à l'Académie Royale de Peinture et de Sculpture en guise de morceau de réception ?

 C'est probable compte tenu de ses ressemblances frappantes avec le Christ d'Ailles.


3-Dans ce cas, le Christ vendu par Bertolami Fine Arts est-il réellement une oeuvre de Pierre Simon JAILLOT ?

 C'est peu probable
. La hauteur du Christ en ivoire vendu par Bertolami Fine Arts est de 62 cm soit de 23 pouces. Or, dans l'inventaire de succession de Pierre Simon JAILLOT ainsi que dans l'inventaire de succession de son frère Alexis Hubert parmi les nombreux Crucifix en Ivoire de Pierre Simon JALLOT qui sont listés aucun ne dépasse la hauteur de 17 pouces soit à peu de choses près la hauteur de son chef d'oeuvre de réception à l'Académie Royale de Peinture et de Sculpture. 

Pour mémoire le Christ en Ivoire du groupe de la Crucifixion conservé au V&A Museum mesure 14 pouces.

LES SIGNATURES DE PIERRE SIMON JAILLOT ...

LES SIGNATURES PIERRE SIMON JAILLOT

La vente, le 11 octobre 2014 à Dijon, suivie de sa préemption par le Musée du Louvre d'un Saint Sébastien en ivoire avec les caractères gravés P JAILLOT 1662 m'ont donné l'occasion de vous présenter rassemblées sur un même cartouche 4 signatures attribuées au Maître.

Aucune signature n'est identique à une autre .

Un constat qui n'argumente pas dans le sens de l'authenticité de toutes ces signatures.

Cependant, l'intérêt manifesté par la Conservation d'un des plus grands Musées au monde bouscule la conviction que ces signatures sont apocryphes.

La vérité se cherche et chercher c'est douter.

Cela vaut pour tous les Chercheurs qu'ils soient Collectionneurs ou Conservateurs.


 J'ai donc cherché ...

L'usage de la lettre J n'est pas fréquente avant le XVIIIe siècle. Pour preuve la 1ère édition en 1694 du Dictionnaire de l'Académie françoise dedié au Roy où on observe que la place faite à la lettre J est réduite et qu'elle est confondue avec la lettre I.

La question que je me suis alors posée : Jaillot signait-il en commençant son nom par la lettre J ou signait-il en commençant son nom par la lettre I ?

J'ai trouvé la réponse en visualisant de près les 3 estampes gravées par Jean Hainzelman que j'ai présentées précédemment. Dans les 3 cas, on observe de manière visible donc indiscutable que la gravure du nom de PS Jaillot commence par la lettre I. On observe également que l'Editeur de ces 3 estampes qui n'est autre que son frère Alexis Hubert fait également commencer la gravure de son nom par la lettre I. Les 3 estampes datant respectivement de 1683,1684 et 1686, elles sont postérieures au décès de Pierre Simon JAILLOT. On peut donc en déduire que si PS Jaillot a signé ses oeuvres il les a signées durant toute sa vie active en commençant son nom par la lettre I.

Afin de conforter cette affirmation je me suis adressé au V&A Museum. Ce prestigieux musée conserve le seul Christ en Ivoire signé du nom du Maître dont, l'antériorité étant établie, Personne ne songerait à mettre en doute son attribution à Pierre Simon JAILLOT.

J'ai tapé dans le mille !

Pierre Simon JAILLOT a signé le Christ en Ivoire conservé au V&A Museum en commençant son nom par la lettre I. Qui plus est le Maître a pointé la lettre I ce qui exclut toute confusion avec le J.


 CONCLUSION

Les signatures de PS Jaillot qui commencent par la lettre J sont des signatures apocryphes. 

Ces signatures ont été gravées sur des oeuvres anonymes afin d'accroitre leur valeur marchande.

En aucun cas elles ont été gravées par Pierre Simon JAILLOT car le Le Maître signait Iaillot



La vraie signature de Pierre Simon JAILLOT !

La vraie signature de Pierre Simon Jaillot PS Iaillot

Publié le 17 janvier 2013. Dernière mise à jour le 06 juin 2017.

free hit
counters