CHRIST en ivoire, XVIIe.

CHRIST en ivoire XVIIe

2018                   


J’ai mis en ligne  pour informer du grand nombre de Christs en Ivoire produits au début du XXe siècle qui copiaient les styles du XVIIe siècle et du XVIIIe siècle. Compte tenu de leur faible ancienneté ces Christs copies d’Ancien produits au XXe siècle composent la majeure partie des Christs en Ivoire attribués aujourd’hui aux XVIIe/XVIIIe siècles.

Je vous propose de vous arrêter un instant sur un Christ en Ivoire formellement attribué au XVIIe siècle qui, avec une probabilité proche de 100%, est une production du XXe siècle.

CHRIST en ivoire XVIIe Buste

Ce Christ en ivoire sera vendu dans un proche avenir par une Maison de ventes. Il est désigné ainsi : CHRIST en ivoire, XVIIe. Cadre. H: 28.5 cm

Et son estimation se situe dans la fourchette 1 500€-2 000€

 Observez que le Rédacteur de l’annonce n’est guère bavard. Cependant il l’est suffisamment pour garantir que ce Christ a été produit au XVIIe siècle !

Rappel de l’Article 2 du décret du 3 mars 1981 

La dénomination d’une oeuvre ou d’un objet, lorsqu’elle est uniquement et immédiatement suivie de la référence à une période historique, un siècle ou une époque, garantit l’acheteur que cette oeuvre ou objet a été effectivement produit au cours de la période de référence. 


L'attribution au XVIIe siècle de ce Christ en Ivoire m'apparait bien audacieuse ... 


CHRIST en ivoire XVIIe Corpus Chriti




 L'allure générale de ce Christ affiche un bon équilibre et il est vrai qu’on peut voir l’allure d’un Christ produit aux  XVIIe/XVIIIe siècles par la dissymétrie générée par la courbe du Corpus. Malheureusement l’absence totale de zones d’ombre sur la photo ne corrobore pas cette éventualité.

L’ absence totale de zones d’ombres est le résultat d’une sculpture superficielle sans réelle profondeur et sans contre-dépouilles. Cette simplicité de sculpture est peu compatible avec les règles de l’art qui prévalent au XVIIe/XVIIIe siècles et qui exigent des sculpteurs qu'ils s'appliquent à un grand réalisme.







 Les plis du perizonium sont suggérés plus qu’ils ne sont sculptés et la même simplicité d’exécution de la sculpture s’observe dans la chevelure.


Nota Pour ne pas subir l’influence de la couleur de l’ivoire il est préférable de regarder les images en version Noir & Blanc


CHRIST en ivoire XVIIe visage et perizonium

 Les zones d’ombre sont révélatrices des contre-dépouilles. Ces contre-dépouilles sont la preuve d'un travail exécuté manuellement et non à l’aide de la machine. Inversement l’absence de contre-dépouilles, comme dans le cas présent, valide que le travail a été exécuté à l’aide de la machine, l’outil mécanique n’ayant pas la flexibilité du poignet du sculpteur.

 Un autre aspect qui ne trompe guère est la qualité d’exécution du cordon qui ceint le perizonium. Sur les Christs sculptés manuellement il est sculpté en complète ronde-bosse donc parfaitement circulaire. Sur les Christs exécutés à la machine le cordon est plus proche d’une forme quadrangulaire que d’une forme circulaire pour la même raison d’absence de flexibilité de l’outil mécanique. 

Aussi observez le vieillissement de l’ivoire. Un ivoire craquelé n’offre pas la garantie que l’ivoire est ancien. Par contre, hormis quelques exceptions dues à des traitements particuliers, un ivoire sans trace flagrante de vieillissement après plus de 3 siècles de séchage doit susciter vos doutes sur sa réelle ancienneté. C'est typiquement le cas de ce Christ en Ivoire attribué avec audace au XVIIe siècle. 

En conclusion

 L’âge de ce Christ sculpté dans l’ivoire laisse peu de place au doute : Début XXe siècle au mieux.



Si tous ceux qui croient avoir raison n'avaient pas tort, la vérité ne serait pas loin.

Publié le 13 mai 2018

free hit
counters