Les ventes du Printemps 2024


Peu de nouveautés sont apparues au cours des ventes de ce second trimestre de l'année 2024. Pour la première fois j'ai ressenti un certain ennui à dépouiller les listes de vente établies par les Etudes. Peut-être l'âge ? Cependant les lots présentés ont manqué singulièrement d'originalité et de nombreuses estimations trop élevées  conduisent aux retraits des lots. Ce compte-rendu en est d'autant plus bref.


 Elle avait été ravalée au

Je l'avais signalée parmi les opportunités à saisir au cas où elle se représenterait en Vente.

Ainsi soit-il ! 

La Maison de ventes Le Floc'h à Saint-Cloud l'a remise en vente le 4 avril 2024 en réduisant son estimation basse de 500€ à 200€.

Finalement cette Montre a été adjugée 600€ au marteau soit l'estimation haute de sa 1ère présentation en vente.

Lot N°230


Montre dans un écrin violoné en laiton doré et argenté, partiellement ajouré, figurant la Passion du Christ reposant sur une croix de nacre, avec support de velours perlé au revers. Mouvement de montre signé QUARE London pour Daniel QUARE (1649-1724). Mouvement sans répétition, échappement à roue de rencontre, aiguille des heures sertie de pierres blanches. XIXe siècle. Haut. : 23,5 cm - Larg. : 12,5 cm

Estimation 

200 € - 300 €

  • Montre dans un écrin violoné en laiton doré et argenté figurant la Passion du Christ reposant sur une croix de nacre
  • Montre dans un écrin violoné en laiton doré et argenté figurant la Passion du Christ reposant sur une croix de nacre



 Ce Christ dit expirant apparaît de belle facture et rare dans cette dimension. 

Il est en argent. Il porte un poinçon malheureusement illisible ce qui interroge sur sa réelle ancienneté.

La Maison de Ventes Setdart basée à Barcelone qui l'a présenté le 10 avril 2024 l'attribue aux années 1700. Il a été adjugé 22 000€ au marteau en-dessous de son estimation basse néanmoins à un prix élevé au regard de l'incertitude sur son siècle de production.

Lot N° 68

Italian school; end of the XVII century- beginning of the XVIII century. "Expiring Christ".
Silver. Presents illegible punch.


Measurements: 51 x 30,5 x 7 cm.

The polished finish of the material, the symmetry and the modeling of the forms show a balanced and idealized anatomy that forms an image that, in spite of the dramatism contained in the theme of the crucifixion, transmits an immutable beauty. However, despite this ideal, the work presents the emotion of the moment of Christ's death in an exacerbated and exalted way. In the face of Jesus we see his open eyes and mouth in a gesture that seems to capture the last breath of the protagonist. The twisting of his belly shows us a classic anatomy in its forms, but stark and in tension; nailed with three nails; the head slightly tilted to his right side; the large purity cloth, with abundant broken folds, is knotted on his right hip dropping one of its ends. The canon is slightly elongated with the intention of reflecting the Calvary of the cross, for this reason the arms can be appreciated in their maximum tension and the torso clearly marks the ribs. It should be noted that in this case it is not anchored to the cross that must have existed in origin.

Crucifixions and crucifixes have appeared in the history of art and popular culture since before the era of the pagan Roman Empire. The crucifixion of Jesus has been depicted in religious art since the 4th century. It is one of the most recurrent themes in Christian art and the one with the most obvious iconography. Although Christ is sometimes depicted clothed, it is usual to represent his naked body, albeit with the genitals covered with a purity cloth (perizonium); full nudes are very rare, but prominent (Brunelleschi, Michelangelo, Cellini). The conventions of representation of the different attitudes of the crucified Christ are designated by the Latin expressions Christus triumphans ("triumphant" -not to be confused with the Maiestas Domini or the Pantocrator-), Christus patiens ("resigned" -not to be confused with the Christ of patience-) and Christus dolens ("suffering" -not to be confused with the Vir dolorum-). The triumphans is represented alive, with open eyes and erect body; the patiens is represented dead, with the will totally emptied (kenosis), the head bowed, the face with serene expression, the eyes closed and the body arched, showing the five wounds; the dolens is represented in a similar way to the patiens, but with a gesture of pain, particularly in the mouth.

Estimation 27 000€-28 000€

  • Italian school; end of the XVII century- beginning of the XVIII century. "Expiring Christ".
  • Italian school; end of the XVII century- beginning of the XVIII century. "Expiring Christ".
  • Italian school; end of the XVII century- beginning of the XVIII century. "Expiring Christ".



 Si tous les descriptifs étaient aussi détaillés que celui qui a accompagné la vente de cette charmante gravure sur bois datant du 12 juillet 1493 la confiance entre les Vendeurs et les Acheteurs serait totale. 

La Vente s'est déroulée le 18 avril 2024 dans les locaux de Old Master Print basée dans la ville flamande d'Izegem.

Cette gravure de la Crucifixion a été adjugée 750€ au marteau, un prix modeste si on prend en compte la capacité de cette gravure à nous transporter dans l'univers de la jeunesse d'Albrecht Dürer (1471-1528).

Lot N°39

Michel Wolgemut (1434-1519) - The Crucifixion - 1493

Old colored woodcut from the first edition of Hartmann Schedel, "Liber Cronicarum", printed by Anton Koberger in Nuremberg on 12 July 1493. The crucifixion of Jesus in the 34th year of his life with Mary and John at the foot of the cross. Woodcut from the nativity and life of Christ, folio XCV verso. The wood blocks were designed by Michael Wolgemut and his stepson Wilhelm Pleydenwurff and their assistants, including the young Albrecht Dürer, who was apprenticed to Wolgemut at the time. The printing was carried out under the supervision of the great scholar-printer Anton Koberger, godfather of Dürer. Wohlgemut was Albrecht Dürer's tutor between 1486-90. Since the young Dürer was working in the workshop in the years 1486-1489 when many of the early designs for the Chronicle were made he might be involved.

Dimensions9,00 x 7,20 cm

Artist or Maker

Michael (1434) Wolgemut
 
Medium 
Woodcut

Date1493

Condition Report

Excellent condition. With the original Latin letterpress above and on the backside of the woodcut from the first edition.

Literature

Liber Chronicarum, here a first edition , printed by Anton Koberger in Nuremberg on 12 July 1493 in old coloring. The luxury editions in old coloring are mentioned in literature and were of the most expensive.

estimation 200€- 300€

Old colored woodcut from the first edition of Hartmann Schedel, "Liber Cronicarum"
 



 Ce tableau attribué au peintre Luys TRISTAN (1586-1624) qui fût un des élèves du Greco (1541-1614) a pulvérisé son estimation haute. Il a été adjugé 255 000€ au marteau par Boissinot & Tailliez  basé à Bergerac en Dordogne.

N°21

Luis TRISTAN (Tolède, 1586 - 1624) Christ en croix avec le portrait d'un donateur 
Toile 
Hauteur : 165 cm Largeur : 108 cm 
Signé en bas au centre "Luys tristan f." Etiquette ancienne au revers 
Formé chez Greco entre 1603 et 1606, Luis Tristán est le peintre le plus important de Tolède entre 1615 et sa mort en 1624. Il évolue vers le naturalisme ténébriste lors de son séjour à Rome de 1606 et 1612, où il a pu se rapprocher des caravesques espagnols tels que Jose de Ribera, Pedro Orente et Juan Bautista Maino. Du Greco, il retient les compositions, une certaine élongation des figures, et le sens des portraits psychologiques comme le montre notre toile, mais dans une gamme de couleurs plus sombres, tirant sur l'ocre et le rouge. Il a peint le crucifié à de nombreuses reprises et deux manières : soit déjà mort, le corps abandonné, la tête penchée à l'avant (Madrid, musée du Prado, donatión Plácido Arango Arias) ou expirant, le corps tendu, contorsionné, et le visage levé vers le ciel. De cette seconde iconographie, les versions de grand format de l'église Santo Tomé et celle conservée au Museo del Greco à Tolède (213 x 119 cm, 1624), ont servi de prototype à des oeuvres de dévotion pour des commanditaires particuliers ; la nôtre est la seule à montrer, à droite, un donateur en prière. Sur ces deux grand retables, le Christ se détache sur un fond uni, rouge incendiaire pour le premier. La version la plus proche de la nôtre est au musée de Guadalajara, on y retrouve le paysage arboré et une ville à gauche. Expert: Cabinet TURQUIN - M. Stéphane PINTA


Estimation 60 000€- 80 000€
Luis TRISTAN (Tolède, 1586 - 1624) Christ en croix avec le portrait d'un donateur



Certes plus récent mais plus narratif et plus humaniste, aussi,  beaucoup moins cher avec autant sinon plus de talent que Luys Tristan ce tryptique signé par un peintre hongrois Péter Kálmán (1877 Zsablya (Hongrie) - 1948 Nußdorf am Inn (Allemagne))  a été adjugé 3 800€ au marteau à Munich le 8 mai 2024.

N°161

Péter Kálmán Triptych with the Crucifixion of Christ

Péter Kálmán 1877 Zsablya (Ungarn) - 1948 Nußdorf/Inn Triptych with the Crucifixion of Christ Signed on the central panel lower right. Oil auf panel. Central panel: 126 x 110 cm, side panels each: 126 x 58 cm. Sliding battens. Minor damage. Minor damage to frames (138 x 123 cm / 128 x 69 cm). Peter Kálmán ist ein ungarischer Künstler, der hauptsächlich in München gewirkt hat. Er war Mitglied der Münchener Künstlergenossenschaft und stellte regelmäßig im Glaspalast in München aus. Durch seine traditionelle Malweise konnte er auch im Nationalsozialismus Erfolge feiern, stellte auch unter anderem ab 1938 regelmäßig in der Großen Deutschen Kunstausstellung aus. Nach dem Krieg starb er 1948 in Nußdorf am Inn. Seine Werke haben häufig ungarische Themen, aber auch religiöse sowie bäuerliche Motive prägen sein Schaffen. Das Gemälde "Atelierpause" aus dem Lenbachhaus (Inv.-Nr. G 6472) gibt einen Überblick über den Motivkanon des Künstlers. Unter anderem findet sich dort im Hintergrund auch ein Triptychon mit der Kreuzigung Christi wieder, welches wahrscheinlich unser Gemälde wiedergibt. provenance: collection of Hans Constantin Faußner, Munich.

Estimation 1 500€ - 2 000€ - 
  • Péter Kálmán Triptych with the Crucifixion of Christ
  • Péter Kálmán Triptych with the Crucifixion of Christ
  • Péter Kálmán Triptych with the Crucifixion of Christ
  • Péter Kálmán Triptych with the Crucifixion of Christ



 Ce Christ nu en bois polychrome dont les bras sont articulés est attribué à un atelier florentin de la fin du XVe siècle. La Maison de Ventes Van Ham basée à Cologne l'a adjugé 1 800€ au marteau le 17 mai 2024.

Si Il tient ses promesses, entendez si son descriptif dit vrai, son Acheteur a réalisé une belle affaire. 

N°1002

FLORENTINE SCHOOL
Late 15th century

Title: Corpus Christi.
Technique: Carved in the round with moveable arms. Polychromed, the mount has been worked over.
Measurement: 92 x 46 (96) x 20cm.

Provenance:
Private ownership, Czech Republic. 

Estimation 2 000€ - 3 000€ - 
  • FLORENTINE SCHOOL Corpus Christi
  • FLORENTINE SCHOOL Corpus Christi



On ne parcoure pas un trimestre de ventes aux enchères sans rencontrer la vente d'un Christ en bronze tantôt attribué à Giambologna, tantôt à Della Porta, tantôt à Susini ou tantôt à Tacca Père ou Fils tant ces Christs sont nombreux à circuler sur le marché de l'Art.

 C'est un Christ attribué à Antonio Susini (1558-1624) que la Maison de Ventes Templum a mis en vente le 23 mai 2024 à Barcelone
Estimé dans la fourchette 80 000€-90 000€ il a été étrangement adjugé 22 500€ au marteau soit le quart de sa fourchette d'estimations.

Pour Info : La Maison de Ventes Setdart basée également à Barcelone a mis en vente moins d'une semaine après Templum un Christ en bronze attribué à Giuglielmo Della Porta (Lombardy, 1500 - Rome, 1577). Estimé avec audace dans la fourchette  92 000€-95 000€ il a été ravalé. Je ne manquerai pas de vous le présenter s'il repasse en vente et est adjugé.

N°300

"CRISTO MORTO" - ANTONIO SUSINI (Florencia, 1558 - fallecido en 1624), trabajo Renacentista italiano del siglo XVI

Espectacular “Cristo Morto” en bronce dorado al mercurio del siglo XVI con importante cruz en ébano macizo y pie con remates de plata y bronce de la misma época y periodo. Medidas solamente Cristo: 27 x 24 cm de cabeza a pies y de mano a mano. Medidas con crucifijo: 74 x 40 x 18 cm. Trabajo del Renacimiento italiano hacia 1580 (pequeña restauración profesional en la mano izquierda del Cristo). Bibliografía: 4. Katherine Watson (1978): The Crucifixes of Giambologna. Procedencia: colección particular española (lotes 300 y 301). Giambologna, 1529-1608, Sculptor to the Medici. Arts Council of Great Britain, pp. 45-47; Anna Beatriz Chadour (1982): Der Altarsatz des Antonio Gentili in St. Peter zu Rom. Wallraf-Richartz-Jahrbuch, vol. 43, pp. 133-93 (see especially pp. 171-72); K. Watson (1978), a comparar páginas 98-100 para versiones atribuídas a Giambologna y páginas 101-03 para versiones atribuídas a Susini.

       Estimation 80 000€ - 90 000€ - 
  • "CRISTO MORTO" - ANTONIO SUSINI (Florencia, 1558 - fallecido en 1624), trabajo Renacentista italiano del siglo XVI
  • "CRISTO MORTO" - ANTONIO SUSINI (Florencia, 1558 - fallecido en 1624), trabajo Renacentista italiano del siglo XVI



 Le 6 juin 2024 la Maison de Vente ADER basée à Paris dispersait de nombreux lots provenant de la collection Jean Roudillon. Parmi les lots dispersés cette élégante plaque centrale de Croix attribuée à un atelier limougeaud du deuxième tiers du XIIIe siècle. Estimée dans la fourchette 6 000€-8 000€ elle a été adjugée 12 500€ au marteau.

N° 3

Plaque centrale de croix en cuivre champlevé et émaillé bleu, jaune, rouge, bleu turquoise avec restes de dorure ; Christ en cuivre repoussé et gravé. Il est coiffé d’une couronne posée sur une coiffure aux mèches droites et tombantes sur la nuque, yeux en verre, jambe gauche fléchie et pieds divergents reposant sur un suppedaneum dessiné. Décor géométrique de losanges et de cercles sur la croix. Limoges, deuxième tiers du XIIIe siècle. Usures et légers accidents, socle. H. : 19,5 cm – L. : 12,6 cm Provenance : Collection Jean Roudillon

Estimation 6 000€- 8 000€- 
Limoges, deuxième tiers du XIIIe siècle



 Au cours de la même vacation, toujours provenant de la Collection Jean Roudillon, ce rare Christ en bois de noyer attribué au deuxième tiers du XIVe siècle a été adjugé 4 200€ au marteau.

N° 8

Beau Christ en noyer sculpté. Tête inclinée vers l’avant, ceinte d’une couronne d’épines tressée reposant sur une chevelure aux mèches ondulées et tombant sur la nuque. Visage aux traits crispés, aux arcades sourcilières froncées, barbe bifide, yeux clos, bouche entrouverte. Le corps est modelé avec un long périzonium entourant les hanches, chute sur le côté droit, jambes fléchies, la droite passant sur la gauche. Cologne, deuxième tiers du XIVe siècle. Pieds restaurés, périzonium cassé-collé (pièce d’origine) et manques visbles, socle. H. : 35,5 cm Provenance : Collection Jean Roudillon

Estimation 2 000€ - 3 000€ 
XIVe siècle Cologne Collection Jean Roudillon



 Ce Christ en bronze doré  est décrit dans le goût de Bouchardon

Sans référence à une oeuvre précise de l'Artiste cité cette expression relative à un Christ est vide de sens Des Christs représentés vivants, positionnés frontalement , les jambes parallèles, le regard levé vers le ciel il s'en rencontre des centaines sinon des milliers.

Plus intéressant est le gabarit imposant de ce Christ en Bronze. L'association d'une hauteur de 50 cm associée à une anatomie puissante représentée de belle façon n'est pas commune. Estimé dans la fourchette 500€-1 000€ ce Christ en bronze doré mis en vente le 6 juin 2024 par la SVV Fraysse & Associés à Paris a été adjugé 2 200€ au marteau

N°356

BOUCHARDON, dans le goût de
Christ en bronze finement ciselé doré. Epoque du XVIIIe siècle. Hauteur : 50 cm


Estimation 500€ - 1 000€ 
Christ en bronze doré dans le goût de Bouchardon



Simple coïncidence ou enchère moutonnière cette Plaque centrale de Croix attribuée à un atelier limougeaud du début du XIIIe siècle a été adjugée 12 000€ au marteau soit à quelques euros près la même enchère que la Plaque de la collection Jean Roudillon adjugée la veille. La vente était organisée par la Maison de Vente Giquello à Paris.

Il est frappant d'observer  que les Christs attribués au XIIe/XIIIe siècles limougeauds, à l'identique des Christs attribués aux XVIe/XVIIe siècles italiens, sont très nombreux à circuler sur le marché de l'art ...

N°Lot 178

Plaque centrale de croix en cuivre champlevé et émaillé à décor de pastilles. Christ en cuivre fondu et ciselé. Limoges, fin du XIIe, début du XIIIe siècle. H. 24 cm - L. 15 cm (Manques)

Estimation 8 000€ - 12 000€ 
Plaque Centrale Croix Limoges XIIe/XIIIe siècle


Publié le 8 juillet 2024