CHRIST EN BRONZE DORE 18E SIECLE DIT JANSENISTE

CHRIST EN BRONZE DORE 18E SIECLE JANSENISTE

2016 - 1ère Partie - Un Christ proche des Années 1745-1749

Ce type iconographique est traditionnellement désigné de type janséniste bien qu’il soit improbable que le Jansénisme ait recouru à ce modèle de Christs pour illustrer sa doctrine.

C’est un Christ en bronze doré de belles dimensions puisqu’il atteint 40 centimètres. La fonte est pleine sans évidement dans le dos.

A partir de 1745, afin de financer la guerre de la succession d’Autriche, les bronzes de qualité ont été frappés par un impôt. Cet impôt a été supprimé en février 1749 soit quelques mois après la signature du traité d’Aix-La-Chapelle qui mettait fin à la guerre.

En décembre 2007 la Maison PIASA a proposé à la vente un Christ identique. Il était poinçonné du C couronné qui matérialisait que l'impôt sur le bronze avait été acquitté. On pouvait donc établir que ce Christ en Croix avait été façonné entre 1745 et 1749.

Avec une logique identique on peut établir que le Christ que je vous présente est antérieur ou postérieur de quelques années autour de la fourchette de dates indiquée. 

Une datation de toute façon qui ne fait aucun doute au regard de la qualité de la ciselure et de la survivance quasi-totale de la dorure originale.

CHRIST EN BRONZE DORE 18E SIECLE JANSENISTE

CHRIST EN CROIX EN BRONZE CISELE ET DORE 
   Vente Piasa du 19/12/2007 N°68

CHRIST EN CROIX BRONZE CISELE ET DORE PIASA 19/12/2007 N°68

2018 - 2ième Partie - Un Pedigree de haute Noblesse


J’ai acquis ce Christ en bronze doré dans les années 2000 dans une Maison de Ventes qui avait organisé une vente d'Art Sacré non cataloguée. Il est rare dans ce contexte de découvrir l’origine d’un lot sauf si une indiscrétion est lâchée par un membre de l’Etude, ce qui fût le cas. 

 Il m’a été confié que ce Christ avait appartenu au Marquis de Luppé.  

A l'époque de l'achat de ce Christ, le Marquis de Luppé n'évoquait rien dans mon esprit. Aussi, après quelques recherches au cours desquelles j’ai découvert qu'il avait existé plusieurs Marquis de Luppé,  j’avais abandonné l’idée d’établir l’origine de ce Christ. C’est plus tard, grâce au catalogue d'une belle vente organisée par la même Maison de Ventes, que j’ai découvert que c’était le Comte Jean de Luppé qui avait apporté le Christ à la vente où je l'avais acquis. 

 La maison de Luppé est une des branches les plus anciennes de la noblesse française, d’ancienne Chevalerie du Comté d’Armagnac, elle apparaît dès le Xe siècle. On lui donne une origine commune avec les puissantes maisons d’Armagnac, de Bigorre, d’Astarac, de Pardiac, de Montesquiou, de Galard et de Mauléon, et avec les ducs de Gascogne, les vicomtes de Béarn et les rois de Navarre [Annuaire de la Noblesse française - M Borel d’Hauterive].

En 1ère partie de cette page j’ai établi que le Christ en bronze avait été fondu et doré dans les années proches de 1745-1749. Il me fallait donc remonter l’arbre généalogique du Comte Jean de Luppé jusqu’à son ascendant le Marquis de Luppé et vérifier que les dates de vie  de ce dernier corroboraient la période proche de 1745-1749.

Le site  internet geneanet.org m’a bien aidé dans cette entreprise. J’ai ainsi pu établir que le Comte Jean de Luppé, plus précisément le Comte Jean Hugue Gontran de Luppé était 
 Fils de Jean Bertrand Marie Odon de Luppé (1887- ) 
      Fils de Gontran de Luppé (1849-1914) 
           Fils de Charles Marie Odon de Luppé (1812/13-1891) 
                Fils de Joseph de Luppé (1771-1825) 
                     Fils de Pierre Charles Joseph de Luppé (1727-1806) titre Marquis de Luppé

C’est à la 5ième génération des Ascendants du Comte Jean de Luppé qu’apparait le Marquis de Luppé, précisément le Marquis Pierre Charles Joseph de Luppé dont les dates de vie (1727-1806) recouvrent de manière parfaite la période d'attribution du Christ vers 1745-1749.

 Jean-Baptiste-Pierre Courcelles (1759-1834) a consacré un ouvrage entier à la Généalogie de la Maison de Luppé. La consultation de son ouvrage nous apprend que Pierre-Charles-Joseph, marquis DE LUPÉ, seigneur de Saint-Avit, du Paravis, de Franchit et autres places, naquit le 5 juillet 1727. Il fut fait cornette au régiment de Beauvilliers, le 1er août 1743, et capitaine au même corps le 11 avril 1747. Il succéda aux titres et biens de son père le 15 décembre 1774. Il avait épousé, par contrat du 22 septembre 1762 Madelaine D'ANGOSSE DE CORBÈRES, fille de haut et puissant seigneur Etienne d'Angosse, de Peirouse et autres lieux, et de Marie d'Incamps de Loubie.

Ce n’est pas son seul pedigree qui avait motivé mon achat de ce Christ en bronze magistralement ciselé mais aussi la richesse du décor iconographique du cadre qui lui sert d’écrin que je vous livre à présent.

Il s’agit d’un cadre entièrement en bronze doré à la feuille orné de putti et de nombreuses figures d’angelots. Le titulus et une couronne ou peut-être un soleil à l’intersection des bras de la Croix ont disparu.

 Ce cadre était conservé dans la famille de Luppé depuis le XVIIIe siècle
Le Comte Jean de Luppé qui avait apporté ce cadre-Crucifix à la vente où je l'ai acquis au début des années 2000 était Commandeur de l’Ordre du Saint-Sépulcre de Jérusalem. C'est la raison probable pour laquelle il avait souhaité que ce Christ soit vendu dans une vente non cataloguée sans trop de publicité.

Le Crucifix du Marquis Pierre Charles Joseph de Luppé (1727-1806)

Christ type Janséniste XVIIIe siècle attribué au Marquis Pierre Charles Joseph De Luppé (1727-1806)

free hit
counters