Restrictions du commerce de l'Ivoire en Chine et en France

Photo extraite du site afriqueinside.com

Depuis le jeudi 26 février 2015, la Chine interdit l'importation sur son sol des ivoires sculptés.

Mesure symbolique si l'en est puisque la vente d'objets en ivoire sculpté reste légale en Chine et que l'interdiction n'est décrétée que pour une année.

Cette décision ne devrait pas avoir d'incidence sur la vente des Christs en Ivoire, les objets convoités par les chinois étant essentiellement de tradition bouddhiste.

En France, la décision est inverse, elle est complémentaire. Elle s'est appliquée dès le mardi 27 janvier 2015.

A partir de cette date, plus aucun certificat CITES n'est délivré pour l'exportation d'ivoire brut, défenses complètes ou morceaux de défense, et aucune exportation d'objet sculpté ne sera autorisée si le moindre doute demeure quant à l'ancienneté de l'objet.

Les objets travaillés datant d'avant 1947 ne sont pas concernés sous réserve d'apporter la preuve formelle de leur ancienneté !

Les décisions prises :

A retrouver sur le site developpement-durable.gouv.fr à cette adresse :
http://www.developpement-durable.gouv.fr/Preserver-les-elephants-Segolene

1. La suspension immédiate de la délivrance des certificats d'exportation d'ivoire brut par la France.

2. Un appel aux autres États membres de l'Union européenne pour interdire à leur tour les exportations d'ivoire brut comme le font également l'Allemagne, la Suède, le Royaume-
Uni et une partie des États-Unis.

3. Une vigilance accrue pour les certificats de commercialisation sur le sol français.

4. Une coopération renforcée entre les services du Ministère de l'Écologie et les douanes et la relance du plan de coopération interministériel destiné à améliorer la synergie entre services afin de rendre la lutte contre la fraude plus efficace, notamment en frontières.

5. Une nouvelle opération de destruction d'ivoire illégal en 2015.

6. La loi biodiversité qui sera débattue dans quelques semaines renforcera les sanctions prévues en cas de trafic d'espèces protégées (éléphants, rhinocéros, tigres, variétés de bois tropicaux etc.).

Les particuliers qui possèdent, notamment par voie d'héritage, des défenses d'éléphants ramenées d'Afrique dans les années 1930 - 1960 pourront toujours les vendre dans les salles de vente en France, sous réserve d'avoir obtenu le certificat requis. La quantité d'ivoire présente sur le territoire français est suffisante pour permettre l'entretien des oeuvres d'art.

Nota
La Photo qui illustre ces lignes a été extraite du site afriqueinside.com
http://afriqueinside.com/le-massacre-des-elephants-dafrique-est-hors-de-controle09122014/

free hit
counters