Christ en cire In visceribus Christi

Christ en cire In visceribus Christi



 Une rencontre rarissime

C’est à une rare rencontre que nous convie ce Christ en cire dont les viscères sont exposés aux regards. Sans aucun doute le Christ est mort et les caillots de sang qui maculent son corps traduisent les souffrances qu’il eût à affronter avant de rendre le dernier soupir

La particularité de ce Christ modelé dans la cire est l’ouverture de son torse montrant ainsi ses organes thoraciques et abdominales.

Plusieurs études ont été récemment publiées sur ce type de représentation du Christ en particulier celle de De Giorgio, Teodoro intitulée “L'INVENZIONE DELL'ICONOGRAFIA IN VISCERIBUS CHRISTI littéralement "L’invention de l’Iconographie Dans les entrailles du Christ", consultable sur un site de publications en ligne à cette adresse :
Cette étude situe la principale origine de ce type iconographique dans la seconde moitié du XVIIe siècle en Sicile, région d’Italie. En la parcourant vous découvrirez plusieurs Christs du type In visceribus Christi de la même veine que celui que je vous présente. 
Teodoro De Giorgio, l’Auteur de l’étude évalue à moins de 20 le nombre d’exemplaires connus de ce type de représentation. 


 Le sens théologique de l'exposition des viscères du Christ

Pour découvrir le sens théologique et symbolique d’un Christ du type In visceribus Christi on peut lire le descriptif rédigé par le Musée Dicocésain de la ville d’Ostuni qui conserve dans ses collections un Christ de ce type :

«Vero Dio e vero uomo»: ecco svelato chi è Gesù Cristo. Con la sua venuta nel mondo, il Figlio di Dio ha  assunto  in  pienezza  la  natura  umana,  rimanendo veramente  Dio.  La  Chiesa,  nei  primi  secoli dell’era cristiana, ha definito e affermato questa verità, difendendola contro coloro che vi si opponevano (i cosiddetti «eretici»). Nel 451, il Concilio Ecumenico di Calcedonia ha riconosciuto «il Signore nostro Gesù Cristo, perfetto nella sua divinità e perfetto nella sua umanità, vero Dio e vero uomo,  [composto]  di  anima  razionale  e  di  corpo,  consostanziale  al  Padre  per  la  divinità,  e consostanziale a noi per l’umanità, “simile in tutto a noi, fuorché nel peccato” [Eb4, 15]».Questa  sala  è  dedicata  a  una  singola  opera:  un  piccolo  crocifisso  in  cera,  databile  tra  la  fine  del Seicento e l’inizio del Settecento, che mostra all’osservatore fino a che punto Gesù Cristo sia vero uomo;  uno  sportellino  sull’addome  consente,  infatti,  di  contemplarne  le  interiora, di  cui  si distinguono cuore, polmoni, intestino tenue e crasso e gabbia toracica. Cristo è al tempo stesso Dio e uomo fin dentro le sue membra.Per la sua bellezza, per il suo complesso significato teologico e, soprattutto, per la sua estrema rarità, il crocifisso anatomico conservato in questo museo rappresenta uno dei capolavori dell’intera arte cristiana"

Littéralement ,

"«Vrai Dieu et vrai homme»: ici se révèle qui est Jésus-Christ. Avec sa venue au monde, le Fils de Dieu a pris la nature humaine en plénitude, restant vraiment Dieu. L'Église, dans les premiers siècles de l'ère chrétienne, a défini et affirmé cette vérité, la défendant contre ceux qui s'y opposaient (i soi-disant «hérétiques»). En 451, le Concile œcuménique de Chalcédoine a reconnu «notre Seigneur Jésus-Christ, parfait dans sa divinité et parfait dans son humanité, vrai Dieu et vrai homme, [composé] d'une âme et d'un corps rationnels, consubstantiels au Père par la divinité, et consubstantiel à nous pour l'humanité, «semblable en tout à nous, sauf dans le péché» [He 4, 15]. «Cette salle est dédiée à une seule œuvre: un petit crucifix de cire, datable entre la fin du XVIIe siècle et le début du XVIIIe siècle, qui montre à l'observateur à quel point Jésus-Christ est vrai homme; un rabat sur l'abdomen permet, en effet, de contempler les entrailles, dont on distingue le cœur, les poumons, le petit et le gros intestin et la cage thoracique. Le Christ est à la fois Dieu et homme jusque dans ses membres: pour sa beauté, pour sa signification théologique complexe et, surtout, pour son extrême rareté, le crucifix anatomique conservé dans ce musée représente l'un des chefs-d'œuvre de tout l'art chrétien."

Nota Vous pouvez télécharger le texte intégral publié par le Musée Diocésain d’Ostuni en cliquant sur ce lien
http://museodiocesanoostuni.it/wp-content/uploads/2017/08/Museum-report-compressed.pdf

Il crocifisso anatomico in cera - Museo diocesano di Ostuni

​ Il crocifisso anatomico in cera - Museo diocesano di Ostuni




 Christ en cire In visceribus Christi

Le Christ mesure 25 cm tête-pieds. 
Quelques recollages dus à l'extrême fragilité du matériau et manques.




Christ en cire - 1ère moitié du XVIIIe siècle
Christ en cire - 1ère moitié du XVIIIe siècle
Christ en cire - 1ère moitié du XVIIIe siècle
Christ en cire - 1ère moitié du XVIIIe siècle
Christ en cire - 1ère moitié du XVIIIe siècle
Christ en cire - 1ère moitié du XVIIIe siècle

free hit
counters